ARTICLE DE BLOG

Festival BD Angoulème 2019 : notre sélection

Image: 
Festival international de la bande dessinée d'Angoulême

 

Le 46ème Festival international de la bande dessinée d'Angoulême s'est achevé il y a quelques jours avec un palmarès qui est chaque année toujours un peu contesté.

Même si nous n'avons pas lu les 45 albums qui étaient en compétition cette année, nous vous proposons notre top 10.

 

 Couverture "Il faut flinguer Ramirez"Couverture de "Stig & Tilde"Couvertire de "l'atelier des sorciers"Couverture des "Montagnes hallucinées"Couverture de "Courtes distances"

Il faut flinguer Ramirez – Nicolas Pétrimaux (Glénat)

Jacques Ramirez est un quadragénaire muet qui mène la vie tranquille d’un honnête homme. Il travaille pour une célèbre marque d'électroménager. Inexplicablement, il devient la cible d'un dangereux cartel mexicain bien décidé à lui faire la peau... Un thriller loufoque sur vitaminé rendant hommage aux films d'action des années 80. « Il faut Flinguer Ramirez » vous plongera au cœur de l'Arizona dans une chasse à l'homme explosive et riche en moustaches.

 

Stig & Tilde 1 : L'île du disparu - Max de Raduguès (Sarbacane)

Selon un rituel ancestral, Stig et Tilde doivent partir sur une île, pour y survivre loin des adultes pendant un mois. Oui mais… Après une tempête leur bateau s'échoue sur la mauvaise île, et Tilde découvre d'étranges têtes de bois sculptées dans la forêt. Il semblerait que l’île soit habitée... Gare au fantôme psychopathe ! Une aventure classique au départ qui finit par vous dresser les cheveux sur la tête !

 

L'Atelier des sorciers  - Shirahama, Kamome - Shuji Takizawa (Pika)

La magie fascine la jeune Coco depuis toujours. Elle rêve de devenir sorcière, sans aucune chance d’y parvenir étant donné sa condition d’humaine ordinaire. Aussi, lorsque le sorcier Kieffrey entre dans la boutique, Coco est aux anges. En l’espionnant elle va découvrir le secret de la magie et le monde merveilleux qui lui est interdit. Bien sûr la transgression est irrésistible et son premier sortilège crée une catastrophe… Kieffrey n’a que deux solutions : soit effacer la mémoire de Coco afin qu’elle ne puisse plus utiliser la magie, soit l’intégrer à son école de sorciers pour qu’elle apprenne à maîtriser cet art difficile… Une histoire addictive pour ce manga qui vous rappellera l’univers d’Harry Potter.

 

Les chefs d'oeuvre de Lovecraft T.1 - les montagnes hallucinées - Gou Tanabe (Ki-oon)

Couverture en simili cuir et grand format pour cette adaptation en manga du roman de Lovecraft. Ce premier volume d’un diptyque plonge des scientifiques dans le cauchemar des décors inhospitaliers du pôle sud. Le trait torturé et réaliste de l’auteur initie avec brio cette collection dédiée au maître du fantastique.

 

Courtes distances - Joff Winterhart (Ca et là)

Cette comédie mélancolique réunit deux êtres que tout oppose dans le décor morne d’une banlieue anglaise. avec un sens aigu de l’observation, Joff Winterhart nourrit de réalisme son esthétique douce-amère, teintée d’un humour tendre et traitée au lavis bleu rehaussé de brun. Un drame psychologique éclairé par la poésie d’une empathie sincère.

 

 Couverture de "Moi, ce que j'aime c'est les monstres"Couverture de "Malaterre"Couverture de "Servir le peuple"Couverture des "Grands espaces"Couvertur de "Ailefroide"

Moi, ce que j'aime, c'est les monstres - Emil Ferris (Monsieur Toussaint Louverture)

Impressionnant succès critique et public en France et aux États-Unis, encensé par des auteurs prestigieux comme art spiegelman, cet ouvrage monumental, en forme de journal intime tenue par une jeune fille fascinée par les créatures monstrueuses, est une ode magistrale à la différence et un plaidoyer en faveur du respect de l’autre. Fauve d’or du Festival d'Angoulême 2019.

 

Malaterre - Pierre-Henry Gomont (Dargaud)

Las du mariage et de la routine domestique, Gabriel part s’installer en afrique, où il fait venir deux de ses enfants. Pour ces adolescents, la rencontre avec le continent noir est synonyme d’apprentissage de la liberté. mais ils doivent aussi faire face à leur père, pris entre dettes, alcoolisme et incapacité à gérer son domaine... Une histoire d’inspiration autobiographique, associant saga familiale et récit d’initiation

 

Servir le peuple - Alex W. Inker (Sarbacane)

Adapté d’un roman de yan Lianke interdit en Chine, servir le peuple met en scène un jeune soldat de l’armée de mao qui voit ses convictions ébranlées quand il se retrouve à satisfaire les besoins sexuels de l’épouse d’un haut dignitaire en l’absence de celui-ci. L’auteur détourne les codes graphiques de l’imagerie communiste pour mieux dénoncer les faux-semblants de toutes les dictatures

 

Autobiographies quand tu nous tiens…

 

Les grands espaces - Catherine Meurisse (Dargaud)

Les parents de Catherine quittent la ville pour s’installer dans la campagne poitevine. Tout est découverte et prétexte à jeu pour cette petite citadine et sa sœur. Elles découvrent les alentours, ramassent toute sorte d’objets, créent leur musée… pendant que leur mère plante, bouture et que papa dessine les plans de rénovation de la maison. C’est poétique, le dessin est délicat, c’est un jardin des possibles qui s’ouvre à chaque pas. Un vrai « feel good ! »

 

Ailefroide : Altitude 3 954 - Jean-Marc Rochette (Casterman)

« Ailefroide » autant le dire tout de suite, est un pic des Ecrins à près de 4000m d’altitude et Jean-Marc Rochette est le gamin passionné de montagne qui va l’escalader. Tout débute à Grenoble où il est interne au lycée et que son camarade Sempé va l’initier à la « grimpe ». Ils vont enchaîner les voies, les bivouacs suspendus aux parois les couloirs glacés. On ressent le froid, la fatigue et aussi l’exceptionnelle beauté des sommets, la joie de l’exploit accompli. Ce récit autobiographique poignant vous emmènera tout en haut !

 

Et pour découvrir le palam rès officielle c'est ici !

 

 

Communauté: 
Categorie: